Le chocolat à la Cour de Versailles

Le chocolat a longtemps été une gourmandise réservée à une élite, son passage dans l’histoire du somptueux château de Versailles en atteste.

Ce sont principalement les reines de France qui sont à l’origine de cet engouement pour le chocolat ! L’épopée commence avec Anne d’Autriche, originaire d’Espagne, là où les conquistadors ont rapporté les premières fèves de cacao.  Mariée dès l’age de 14 ans, Anne d’Autriche se retrouve un peu perdue à la cour de France, et cela malgré le fait qu’elle est entourée de ses nombreuses servantes espagnoles. Elle se réfugie alors dans la gourmandise et le chocolat qu’elle a l’habitude de consommer depuis son plus jeune âge à la cour d’Espagne.  Elle popularise la consommation du chocolat, uniquement en boisson à l’époque.

Marie-Thérèse d’Autriche épouse le roi Soleil Louis XIV. Elle aussi vient d’Espagne et elle aussi voue une passion toute particulière pour le chocolat. Délaissée par le roi, elle se réfugie dans la consommation de chocolat, d’une telle manière que l’on dit que ses appartements sont largement parfumés d’effluves de cacao. Grâce à son épouse, le monarque se met lui aussi à consommer cette boisson chocolatée, dont il perçoit rapidement la valeur marchande et le potentiel économique ; il en confie alors la vente exclusive à un officier de la reine.

Si les reines initient l’une après l’autre la cour française au chocolat, un autre personnage influant « démocratise » sa consommation, en la personne du roi Louis XV. Plus friand des plaisirs de la chair et de la gastronomie que ceux de la gloire et de la politique, Louis XV se passionne pour cette gourmandise aux vertus énergisantes et aphrodisiaques. Il boit tous les jours dans ses appartements privés les préparations au chocolat servies par son cuisinier personnel. Par voie de conséquence, les nobles se mettent eux aussi à consommer la mixture que le roi apprécie tant et les premières fabriques de chocolat apparaissent dans Paris. Ce développement connaît son apogée avec la révolution industrielle, quelques années plus tard.

C’est alors à la célèbre Marie-Antoinette d’entrer en scène, connue pour ses frasques et son caractère à part. L’épouse de Louis XVI arrive à Versailles avec son maître chocolatier personnel qui porte le titre pompeux de « Chocolatier de la reine ». C’est avec ce chocolatier que la gourmandise si prisée de la cour prend ses premières notes parfumées, que ce soit à l’amande, à la fleur d’oranger ou même au miel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *